Un bouncer est acquitté de voies de fait lésions

Me Christos Karteris, avocat en droit ciminel

Me Christos Karteris, avocat en droit ciminel

L’incident est survenu à Montréal devant le bar où travaillait ce soir-là le client de l’avocat en droit criminel Christos Karteris. Selon la victime, le bouncer en colère après lui aurait assené un coup de poing au visage, lui causant par la des blessures. Un témoin indépendant ayant assisté à la scène a confirmé cette version des faits. Des accusations de voies de fait causant des lésions corporelles ont donc été portées (article 267 b) Code Criminel).

Notre avocat a demandé la tenue d’une enquête préliminaire pour évaluer la crédibilité des témoins et leur poser des questions stratégiques en préparation du procès. Par la suite, un procès de deux jours a eu lieu au cours duquel le procureur de la poursuite a fait entendre 4 témoins civils et deux témoins policiers. Me Karteris les a contre interrogés principalement pour s’attaquer à la fiabilité de leur témoignage quant à l’identification de l’accusé comme auteur du coup de poing. Par la suite il a produit son client et un collègue de ce dernier comme témoin de la défense.

Me Karteris a plaidé que la preuve n’était pas fiable, citant par exemple le fait que lors d’un combat de boxe il est très difficile de voir clairement un coup lorsqu’il est porté.

La juge a acquitté le client de notre criminaliste.

Tous les clients de Me Karteris ne sont pas acquittés. Voir notice.